Cette définition de l’urbanisme, met en exergue la dimension éthique de cette discipline, ayant une visée transformatrice. L’objectif annoncé est de permettre le développement des activités humaines dans les meilleures conditions possibles. Ainsi, les collectivités territoriales s’appliquent à mettre en pratique une vision d’intérêt général initiée au niveau de l’état. Une de ces visions est la conséquence d’une prise de conscience environnementale ayant permis de fixer les objectifs suivants : «- limiter au maximum l’étalement urbain, - réduire la consommation d’espace, l’artificialisation des terres, la destruction des paysages, - et en milieu déjà urbanisé, favoriser une conception complètement renouvelée des quartiers, dans leur fonctionnalité (logement, transport, commerces, loisirs, lieu de travail...), pour les rendre agréables et plus économes en énergie. » 2 Ainsi, plusieurs lois ont vu le jour pour régir les politiques d’urbanisme. Petit rappel chronologique : - 1986 : la loi du littoral Elle met en œuvre des principes qui contribuent à maintenir l’équilibre entre préservation des espaces naturels et développement des activités. - 2000 : la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbains) : elle a été élaborée autour de trois exigences (solidarité / développement durable / renforcement de la démocratie et de la décentralisation.) - 1999 et 2010 : les lois Grenelle doivent permettre de réduire fortement et rapidement les consommations énergétiques notamment des bâtiments en prônant l’arrêt de l’étalement des zones urbaines. - 2014 : la loi ALUR (Accès aux Logements et un Urbanisme Rénové). Cette loi a également pour objectif la densification urbaine. Pour cela elle assouplit les réglementations avec notamment la suppression de la surface minimale des terrains à construire, la suppression du Coefficient d’occupation des sols, la transformation des P.O.S en P.L.U. Elle a pour objectif de permettre l’accroissement de l’offre de logements dans des conditions respectueuses des équilibres des territoires. ET LE PLU ? Le plan local d’urbanisme (PLU) est donc un document fixant les principales règles applicables à l’utilisation du sol sur un territoire déterminé. Ces règles sont définies par les lois précédemment citées. Ainsi, aujourd’hui, même si de nombreux moyens existent et se juxtaposent encore pour maîtriser l’aménagement du territoire et la constructibilité de Cavalaire, il revient aux mairies de mettre en place les orientations fixées au niveau national. Dès lors, si un permis de construire respecte les règles définies par le PLU, le maire ne peut s‘y opposer. Nous avons tendance à oublier que cette politique nationale a pour principal objectf la préservation de notre environnement en évitant coûte que coûte un étalement urbain trop conséquent. Le rôle du maire est donc d’assurer ce subtil équilibre entre la préservation durable et respectueuse du patrimoine naturel du territoire, tout en assurant le développement d’une cité dynamique et active tout au long de l’année. Et cela, toujours dans le respect de la legislation française. 1 - Définition du Centre national de ressources textuelles et lexicales du CNRS (CNRTL) utilisée par la Société française de l’Urbanisme 2 - Extrait du relevé de la table ronde du programme « Urbanisme et gouvernance territoriale »

Thème Actualité: 
  • Cadre de vie